Blogue

Tous les articles
';

Le site d’Eccles Hill : un mémorial national dans la MRC Brome-Missisquoi
Art et culture

PARTAGER
Par Laurent Busseau 12 février 2018

Dans la MRC Brome-Misisquoi existe un site patrimonial fédéral, devenu un lieu de visite touristique du musée Missisquoi de Stanbridge East, soit le mémorial des Fenian Raids. Situé sur le chemin frontalier Eccles Hill proche du village de Frelighsburg, ce site est lié au souvenir de deux invasions irlandaises, venues des États-Unis contre le Canada en 1866 et 1870, un fait majeur dans l’histoire canadienne de la Confédération.

C’est le 1er juillet 1902, soit trois décennies après la confrontation à Eccles Hill, que le Canada érige un mémorial à la mémoire des volontaires locaux qui ont vaincu les Fenians. Le gouvernement libéral de Wilfrid Laurier, en collaboration avec la Missisquoi Historical Society, fait installer un monument de granit à l’endroit même où l’action s’est déroulée. Un grand nombre de spectateurs assistent à l’inauguration du site historique, portant des écharpes rouges en l’honneur des vétérans présents lors du pique-nique organisé en leur honneur. Dans les buissons qui bordent le chemin, on a piqué de nombreuses banderoles rouges écarlates pour guider une centaine d’invités vers la colline Eccles Hill.

Lors de cette inauguration, les soldats vétérans de Brome-Missisquoi, appartenant au 60e bataillon Missisquoi, portent fièrement leur nouvelle médaille militaire commémorative gravée de la mention Fenian Raids 1866-1870. En effet, après trente années d’oubli, les autorités canadiennes ont décidé de décorer tous les Vétérans ayant participé à repousser les invasions féniennes. Grâce au registre d’incorporation constitué en 1866 et 1870, on connaît aujourd’hui le nom et l’origine des volontaires locaux incorporés dans la milice canadienne.

Cette reconnaissance tardive est politique pour la Grande-Bretagne, car le Canada s’est engagé avec l’Empire britannique dans une guerre en Afrique du Sud, contre les fermiers blancs d’origine néerlandaise, les Boers. Ce conflit colonial (1899-1902) divise les Canadiens anglais, favorables à la cause, et les Canadiens français, qui majoritairement s’opposent à cette « Guerre des Boers », revendiquant un refus d’engagement.

En distribuant des médailles de bravoure aux Vétérans locaux, le gouvernement du Dominion du Canada souhaite consolider la symbolique de son engagement militaire avec la Grande-Bretagne, en ce début de XXe siècle. Par ailleurs, le site d’Eccles Hill est très symbolique pour la Couronne anglaise, car le 30 mai 1870 le jeune Prince Arthur, fils cadet de la Reine Victoria et officier militaire à Montréal, est venu personnellement saluer les Red Sashes et les miliciens canadiens du 60e Missisquoi juste après la tentative irlandaise du 25 mai 1870

La seconde commémoration eut lieu le dimanche 26 juillet 1959, où près de 3000 spectateurs canadiens et américains ont assisté à une reconstitution grandeur nature de la bataille d’Eccles Hill. Profitant du tricentenaire de l’histoire du Lac Champlain entre les États-Unis et le Québec, les sociétés d’histoire Missisquoi et du comté de Brome avec celles du Vermont ont organisé cette fête frontalière, pour symboliser la paix canado-américaine et l’histoire commune entre les Cantons-de-l’Est et les États américains.

Grâce à un microphone de dancing, un animateur de l’époque a rappelé à tous les grandes dates de l’histoire des Irlandais (la famine due au mildiou de la pomme de terre, l’émigration de 2 millions de personnes vers l’Amérique du Nord). Il a également remercié la présence des arrière-petits-enfants de la seule victime civile de guerre locale, Magaret Vincent tuée par erreur le 10 juin 1866. Une centaine d’acteurs bénévoles, les uns portant l’écharpe rouge, les autres la tunique et la casquette verte, recréent les événements en tirant plus de 5000 balles à blanc.

Symbole historique et patrimonial, le fût du canon à culasse moderne de 1870, pris aux Féniens par les vétérans de Brome-Missisquoi le 25 mai 1870, est encore exposé sur le site du mémorial. C’est depuis août 2009 qu’un panneau d’histoire illustré bilingue explique les faits de ce lieu historique national du Canada, connu sous le nom « La Bataille-d’Eccles-Hill ». Ce projet réalisé par Historien sans Frontière en partenariat avec Parcs Canada et la Société d’histoire de Missisquoi, offre des informations sur cet épisode passé.

PARTAGER

Laurent Busseau

Historien consultant sous le label Historien sans Frontière, Laurent Busseau est diplômé d'un M.A en Histoire et d'un certificat en journalisme (Université de Montréal). Conférencier auprès des Belles Soirées de l'Université de Montréal et l'UTA de l'Université de Sherbrooke, il a publié « Les Féniens arrivent.. histoire illustrée des invasions irlandaises 1866-1870 » et « Alcool, crime et prostitution sur la frontière à Frelighsburg » en 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles
connexes


Nous vous recommandons »

Voici quelques propositions pour vous inspirer lors de votre prochaine visite dans la région de Brome-Missisquoi!

Vignoble de la Bauge

Brigham

Vignobles

Le Vignoble de la Bauge offre une activité aux amateurs de vins...… [+]

Auberge West Brome

Lac-Brome

Auberges

L’Auberge West Brome vous offre un milieu champêtre sans pareil où le… [+]

BALNEA, réserve thermale

Bromont

Centres de santé, spas

Juché à flanc de montagne, BALNEA surplombe une réserve naturelle d'une beauté… [+]